Belo Monte :
pétition du Cacique Raoni

A ce jour 502863 signatures.

Vérifier la validité de votre signature




Actualités

URGENT - MOBILISATION GÉNÉRALE DU BRÉSIL INDIGÈNE DU 30/09 AU 05/10/2013

URGENT - MOBILISATION GÉNÉRALE DU BRÉSIL INDIGÈNE DU 30/09 AU 05/10/2013

30 septembre - 5 octobre 2013, semaine de mobilisation sur tout le territoire brésilien. Avec l'avenir des Indiens du Brésil, qui pourraient perdre leur droit à la terre en octobre sous la pression des ruralistes, se joue en ce moment même celui de la planète.

L'Amazonie brésilienne, partie majoritaire du plus grand "poumon vert" de la planète, est en grand danger. Les populations indiennes qui y vivent, garants de sa préservation, sont dans le collimateur de l'administration de la présidente Dilma Rousseff. Leur situation était déjà difficile auparavant mais ni leurs droits élémentaires ni leur avenir n'avaient été jusqu'alors autant menacés que depuis l'entrée en fonction de la première femme chef de l'Etat dans ce pays, en janvier 2011. Le coup de grâce risque d'être donné cet automne. L'heure est grave et la mobilisation des citoyens du monde indispensable face à l'inertie de la communauté internationale.


 

Communiqué de l'APIB (Association des Peuples Indigènes du Brésil)
-- à diffuser en urgence --

»--§--«

 

Brasilia, 26 septembre 2013.


L'APIB convoque à la mobilisation nationale en défense de la Constitution Fédérale, des droits indigènes et de Mère Nature.

L'Articulation des Peuples Indigènes du Brésil (APIB), composée de la Coordination des Organisations Indigènes de l'Amazonie Brésilienne (COIAB), l'Articulation des Peuples et des Organisations Indigènes du Nordeste, Minas Gerais et Espirito Santo (APOINME), l'Articulation des Peuples Indigènes du Sud (Arpinsul), l'Articulation des Peuples Indigènes du Sud-est (ARPINSUDESTE), le Conseil des Peuples Indigènes du Mato Grosso du sud et la Grande Assemblée du Peuple Guarani (ATY GUASU) qui réunit des centaines d'associations et de communautés Indigènes, considérant :

- que les droits constitutionels des peuples indigènes, des quilombolas et des autres populations traditionelles, ainsi que leurs territoires, sont soumis à une puissante attaque de la part d'intérêts économiques puissants qui défendent leurs droits à la propriété mais ne respectent pas nos droits collectifs à notre terre sacrée et prétendent s'approprier les terres publiques* et leurs ressources naturelles ;

- qu'il y a une offensive législative dirigée par le groupe ruraliste contre les droits originaires de nos peuples, les droits des autres populations traditionelles et les droits de tous les Brésiliens à un environnement sain, par des dizaines de projets de loi et d'amendements constitutionels - particulièrement la PEC 215/00, la PEC 237/13, le PL 1610/96 et le PLP 227/12 - qui vont aussi à l'encontre d'accords internationaux signés par le Brésil comme la Convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) et la Déclaration de l'Organisation des Nations Unies sur les Droits des Peuples Indigènes ;

- que le gouvernement fédéral lui même a une attitude d'omission en relation aux droits des peuples et est de connivence avec les intérêts des ruralistes et du latifundio**, nos ennemis historiques qui ont approuvé l'année dernière le nouveau Code Forestier favorable à leurs intérêts et qui prétendent anéantir les droits territoriaux indigènes. Cela se concrétise par des mesures comme l'Ordonnance Interministérielle 419/2011, l'Ordonnance 303/2012 de l'AGU (Advocacia Geral da União, organisme juridique chargé de défendre les intérêts du gouvernement), et le Décret 7957/2013, et qui se traduisent notamment par le gel des démarcations de terres indigènes, des créations d'unités de conservation environnementales, de la régularisation des quilombos*** et de l'implantation de la réforme agraire.

L'APIB convoque tous les peuples et les organisations indigènes du pays ainsi que les autres mouvements sociaux des campagnes et des villes à une Mobilisation Nationale en Défense de la Constitution Fédérale pour ses 25 années d'existence, et pour l'Implantation des Droits Territoriaux des Peuples Indigènes, des Quilombolas et des autres communautés traditionnelles, des paysans et de Mére Nature, entre le 30 septembre et le 5 octobre 2013.

OBJECTIF : Fortifier l'articulation et la mobilisation des peuples indigènes du Brésil avec le soutien et l'adhésion des autres mouvements sociaux et organisations sociales, pour la défense des droits indigènes garantis par la Constitution Fédérale, principalement les droits sacrés à la terre, les territoires et les biens naturels, pour un pays réellement juste et démocratique.

 

PROGRAMATION DE LA MOBILISATION :


Dimanche 29 septembre

 Arrivée des délégations et réalisation d'activités culturelles.

 

Lundi 30 septembre :

• Réunion de la Coordination de la Mobilisation Nationale, des Dirigeants de l'APIB et des Représentants des entités participantes.

• Commission pléniaire de préparation de la Mobilisation Nationale, avec la présentation des délégués et de la Programation de la Semaine (Objectifs, Thèmes et Activités).

• Analyse et débat sur la situation des droits indigènes dans les divers organes de pouvoirs de l'État Brésilien : la suppression des droits constitutionels, en particulier le droit territorial. Le contexte politique national : le modèle de développement en cours, la re-primarisation de l'économie, l'agro-industrie, l'extractivisme industriel, les grands projets, la flexibilisation de la législation environnementale et indigéniste, les astuces juridiques, administratives, politiques et législatives des pouvoirs Exécutif et Législatif contre les droits indigènes, les entraves judiciaires à l'application de ces droits et le non respect de la législation nationale et internationale (Convention 169 de l'OIT, la Déclaration de l'ONU sur les Droits des Peuples Indigènes, etc...) par l'État Brésilien.

• Réglement Intérieur du Campement, Comissions : Infrastructure, Logistique et Autres Informations.

 

Mardi 1er octobre :

• Action sur les Droits Indigènes et articulations au Congrès National.

• Réunion avec le Front Parlementaire de Soutien aux Peuples Indigènes et le Front Parlementaire des Droits de l'Homme.

• Réunion avec les représentants du groupe parlementaire ruraliste.

• Audience avec les présidents du Sénat Fédéral et de la Chambre des Députés.

 

Mercredi 2 octobre :

• Poursuite des Activités au Congrès National :

- Audience publique sur les 25 années de la Constitution Fédérale et les droits indigènes.

- Installation de la sous-commission aux questions indigènes de la Commission de Législation Participative (CLP).

 

Jeudi 3 octobre :

• Articulations, Audiences et Réunions avec diverses instances du Pouvoir Exécutif (Présidence de la République, Ministères, Communes et Autres).

 

Vendredi 4 octobre :

• Visites et audiences au Suprème Tribunal Fédéral et au Conseil National de Justice.

 

Samedi 5 octobre :

• Clôture des activité et retour des délégations dans leurs régions.

____________________________

 

notes :

* les terres des populations traditionelles sont des terres publiques

** les grands propriétaires terriens

*** les quilombos sont les communautés descendantes des esclaves qui avaient fuit. Leurs membres sont appelés quilombolas. 

 


  

L'ÉCLAIRAGE DE PLANÈTE AMAZONE

»--§--«


30 septembre - 5 octobre 2013, l'avenir des Indiens du Brésil et de la planète se joue cet automne au Brésil.

Les succès politiques du prédécesseur et mentor de Dilma Rousseff, l'icônique Lula da Silva, ont pendant lontemps masqué un véritable acharnement envers les populations indiennes, car c'est bien sous ses deux mandatures que s'est mise en place la stratégie d'un productivisme forcené au détriment des droits de l'Homme et de l'avenir de la planète, dont le barrage de Belo Monte est l'une des plus délirantes expression.

 

L'amnésie complice de la communauté internationale 

Si nous devons nous inquiéter de ce qui a cours actuellement au Brésil, nous, citoyens du monde, avons également la légitimité d'exprimer haut et fort de la révolte. Cela nous concerne directement, et pas seulement d'un point de vue moral ou humaniste. Cette révolte doit se tourner non seulement vers ceux qui dirigent actuellement le Brésil, mais aussi vers les plus hautes autorités des plus grandes puissances du monde, dont la France. Pourquoi ? Parce que dès 1992 et pendant près de 15 ans a été mis en oeuvre avec l’appui financier de l’Allemagne, des Pays Bas, de l’Italie, de la France, du Japon, du Canada, du Royaume Uni, des Etats Unis, de la Commission Européenne et du gouvernement brésilien, le Programme pilote de Protection des forêts tropicales du Brésil (PPG-7), qui fut le plus vaste programme de coopération internationale à s'attaquer à un problème environnemental aux dimensions planétaires.

Près d'un demi-milliard d'euros ont été investis et ce programme a abouti à la mise sous protection de 45,4 millions d’hectares de territoires autochtones en Amazonie brésilienne, Nous avons donc un droit de regard sur ces territoires que nous avons contribué à protéger. Ne comptons pas sur nos dirigeants actuels pour l'appliquer! En France, depuis la fin de la présidence Chirac, l'amnésie semble être de mise. C'est l'un des symptomes de cette fameuse crise économique au nom de laquelle on doit tout justifier. Il est notoire que la France a de très importants intérêts économiques au Brésil, particulièrement dans sa partie amazonienne. Ne cherchons pas plus loin et n'attendons plus une réaction des instances dirigeantes de notre pays, ceci pouvant être décliné pour la plupart des autres Etats ayant des échanges commerciaux avec un Brésil, devenu "grenier du monde".

 

Destruction des peuples indigènes : demandez le programme !

Depuis le début de la mandature de la présidente Dilma Rousseff (janvier 2011), c'est un véritable arsenal législatif que tentent, jusqu'ici avec succès (exemple : l'assouplissement du Code Forestier), de mettre en place les grands propriétaires terriens du pays, par le biais de leurs puissants groupes parlementaires, véritables détenteurs du pouvoir au Brésil. Le but est de détruire les droits des peuples indigènes acquis de haute lutte et inscrits dans le Constitution de 1988, afin de pouvoir s'emparer des territoires qu'ils protègent et d'en exploiter, ou plutôt d'en épuiser, massivement les richesses. Ils feront dans ces territoires ce qu'ils ont fait ailleurs ces 40 dernières années: exploitations forestières, minières, de bétail, culture intensive qui épuise rapidement les sols et bouleverse le climat en accélèrant la désertification de l'Amazonie. Le développement de ces industries écocidaires étant favorisées par la multiplication d'implantation de barrages hydroélectriques géants en zones protégées. Ces chevaux de Troie financés en grande partie avec de l'argent public ne profitent pas à la population, comme le prétend la propagande relayée par les médias brésiliens, mais à ces mêmes grands propriétaires terriens, qui financent les campagnes électorales. Ces barrages sont totalement illégaux, comme l'ont prouvé plusieurs décisions de justice balayées d'un revers de la main par le pouvoir, mais Dilma Rousseff avance que l'"intérêt national"prime sur toute autre considération. Cet intérêt là ne profite pourtant pas aux plus de 200 millions d'âmes vivant sur le sol brésilien, mais à une poignée d'hommes extrêmement puissants, qui ont décidé d'en finir une bonne fois pour toutes avec les premiers habitants du pays.

L'offensive, sans précédent, est menée par le Congrès. L'Union (représentation du Gouvernement Fédéral) qui est la tutrice et donc la protectrice des droits indigènes laisse faire sans ciller. Il faut dire que la corruption de la classe politique et des institutions du pays sont légendaires. A titre d'exemple l'actuel président de l'AGU (ou procureur général de l'Union), traditionnellement établi comme le gardien des droits indigènes, s'est allié à la "bancada ruralista" (front parlementaire pour une agriculture productiviste, composé notamment de grands propriétaires terriens, du PMDB et d'évangélistes) pour publier une ordonnance destructrice, la tristement fameuse Portaria 303 (norme qui étend à toutes les démarcations les 19 contraintes juridiques créées par le Tribunal Fédéral Suprême (STF) dans le cadre du jugement du cas Reposa Serra do Sol de Roraima).

Le 10 juillet 2013, alors que Dilma Rousseff recevait pour la toute première fois des leaders indigènes (dont le Cacique Raoni), sous la pression de la rue, une odieuse manœuvre avait cours à la Chambre des députés: la mise en place, en accord avec les responsables des partis et avec la bénédiction du chef du Gouvernement, d'un régime d'urgence pour le projet de loi complémentaire 227/2012, qui réglemente le paragraphe 6 de l'article 231 de la Constitution, celui traitant précisément des terres indigènes. Selon l’anthropologue Manuela Carneiro da Cunha, « ce paragraphe ouvre une exception dans les droits de possession et usufruit exclusif des indiens quand il s'agit de l'intérêt relevant de l'Union (...) Cette définition est terrifiante : presque tout rentre dedans. Cela permettrait qu'il y ait des routes sur les terres indigènes, des lignes à haute tension, des oléoducs, des centrales hydroélectriques, des mines, des chemins de fer, etc. Cela permettrait que soit concédé des zones entières en bordure de frontière à un tiers (...). Cela permettrait que toutes les terres occupées (par des chercheurs à la botte de GDF-Suez, des orpailleurs, des bûcherons illégaux, etc) soient maintenues sous le domaine privé depuis la promulgation de la Constitution de 1988 (...) Cette clause serait l'équivalent d'une amnistie que les grands et moyens propriétaires terriens obtiendraient dans le Code Forestier. Mais cette fois il ne s'agit pas d'échapper à des amendes et d'avoir à recomposer des paysages dégradés. Ce serait légaliser et perpétuer la dépossession. Si une loi comme celle-là passe, ce sera la destruction des droits territoriaux des indigènes. »

Il n'est certainement pas exagéré de dire que l'avenir de la planète se joue en ce moment-même au Brésil. Nous vous invitons donc à soutenir de façon active la grande semaine de mobilisation générale des peuples indigènes du Brésil (30 septembre - 5 octobre 2013) en diffusant leur communiqué ci-dessous par le biais des réseaux sociaux. Nous vous convions également à relayer les informations que nous diffuserons sur le site www.raoni.com et notre page facebook https://www.facebook.com/raoni.com.fr 

Merci d'avance pour votre mobilisation. 

Gert-Peter Bruch, président.
Planète Amazone 

Date de l'article : 26/09/2013

Retour