Belo Monte :
pétition du Cacique Raoni

A ce jour 502891 signatures.

Vérifier la validité de votre signature




Actualités

SCANDALE DE CORRUPTION D’ETAT AU BARRAGE DE BELO MONTE : Le montage de l'ancienne Première Ministre Erenice Guerra

SCANDALE DE CORRUPTION D’ETAT AU BARRAGE DE BELO MONTE : Le montage de l'ancienne Première Ministre Erenice Guerra

Ancienne camarade : Erenice Guerra est avec Dilma depuis que la présidente occupait le poste de ministre des mines et de l’énergie.

Source : Istoé
Ou comment la ministre de la Casa Civil (Première Ministre) et fidèle écuyère ?de Dilma a opéré à Belo Monte, aux côtés de Palocci et Silas Rondeau, des pots de vins de 45 millions de reais (12 millions €) pour alimenter les campagnes électorales de 2010 et 2014
Par Débora Bergamasco

.

Outre la formulation d'un dossier explosif sur les tentatives de l'ex-président Luiz Inácio Lula da Silva et de la présidente Dilma Rousseff pour essayer d'empêcher les enquêtes de l'opération Lava Jato, l'ex-leader du gouvernement au sénat, Delcidio do Amaral (PT Mato Grosso do Sul), révèle, lors d'un accord de délation primée, un montage sophistiqué de corruption dans le chantier de l'usine hydro-électrique de Belo Monte. Les informations se trouvent dans l'annexe 7 de la délation et ont été obtenues par le magazine Isto é le mercredi 9.

Selon le sénateur, un "triumvirat" formé par les ex-ministres Erenice Guerra, Antônio Palocci et Silas Rondeau, a permis le transvasement d’environ 25 milliards de reais (6,5 milliards €) et a détourné au moins 45 millions des coffres publics directement pour les campagnes électorales du PT et du PMDB en 2010 et 2014. Dans ces deux disputes électorales les partis étaient alliés sur la liste de Dilma Rousseff. "Les pots de vin de Belo Monte ont servi de contribution définitive pour les campagnes électorales de 2010 et 2014" a affirmé aux procureurs l'ex-leader du gouvernement au Sénat.

Des dénonciations de corruption dans le chantier de Belo Monte avaient déjà été faites par d'autres délateurs, mais c'est la première fois qu'un témoin révèle en détail comment fonctionnait le montage, quel était le but de cet argent et pointe les noms des coordinateurs de toute l'opération. La délation faite par Delcídio mène l'enquête sur le détournement de fonds du Parti des Travailleurs dans les secteurs de l'énergie et des infrastructures vers le cabinet présidentiel. Depuis 2003, Erenice est considérée comme l'écuyère de la présidente Dilma, même après avoir quitté le gouvernement sous l'accusation de favoriser des lobbies liés à son fils, elle continue à être une interlocutrice privilégiée de Dilma.
 
Après avoir été homologuée par le STF (Cour Suprême), la délation de Delcídio devra être acheminée au Tribunal Supérieur Électoral et se joindre au processus qui demande la destitution du mandat de la présidente. Les faits relatés par le sénateur montrent que l'opération monté pour détourner de l'argent public de Belo Monte était complexe et continue. Elle a commencé à être mise en place lors de l'appel d'offre pour le choix du consortium qui réaliserait le chantier, en 2010, et a fonctionné jusqu'à - au moins - le début de l'année dernière, alors que la Lava Jato était déjà en place. Considérée comme un chantier prioritaire du gouvernement et fer de lance du PAC (Programme d'Accélération de la Croissance), Belo Monte était suivi de près par la direction de la Casa Civil [nb : cabinet du Premier Ministre], où travaillait Dilma alors ministre et Erenice Guerra alors secrétaire exécutive.
 
"L'action du triumvirat formé par Silas Rondeau (ex-ministre des Mines et de l’Énergie), Erenice Guerre (ex-ministre de la Casa Civil) et Antônio Palocci (ex-ministre des Finances) a été fondamentale pour le montage corporatif et entrepreneurial définitif du projet de Belo Monte" a affirmé Delcídio aux procureurs de la Lava Jato. Dans sa délation, le sénateur explique que les détournements des ressources du projet de l'usine avaient pour origine autant le budget de la construction civile que celui de l'achat des équipements. "Antônio Palocci et Erenice Guerra ont été fondamentaux dans ce montage" a révélé le sénateur.

Il a affirmé que les travaux civils ont consommé environ 19 milliards de reais (5 milliards €) et l'achat des équipements 4,5 milliards (1,3 milliards €). En accord avec ce qu'a raconté l'ex-leader du gouvernement, il y a eu des surfacturations dans toutes les étapes du processus. Parmi les procureurs qui ont pris connaissances de la délation de Delcidio, il y a la conviction qu'Erenice Guerra était la principale opératrice du triumvirat, car avant d'assumer le poste à la Casa Civil elle travaillait aux côtés de Dilma au ministère des Mines et de l‘Energie, et était responsable de la construction de l'usine hydroélectrique de Belo Monte. 
 
Delcídio a affirmé que le triumvirat de Erenice Guerra a commencé à opérer trois jours avant la date prévue pour l'appel d'offre qui choisirait le consortium responsable des travaux. Le groupe formé par les plus grandes entreprises d'ingénierie du pays s’étant désisté. "En quelques heures, un nouveau groupe a été constitué, et a gagné l'appel d'offre avec la seule proposition présentée" explique le sénateur. Parmi ces entreprises, se trouvent la Queiroz Galvão, Galvão Engenharia, Contern, JMalucelli, Gaia Engenharia, Cetenco, Mendes Jr Trading Engenharia et Serveng-Civilsan.
 
"Quelques mois après la réalisation de l'appel d'offre, diverses entreprises qui n'y avaient pas participé sont devenues associées du projet et ont contracté comme prestataires de services les entreprises du consortium gagnant" raconte Delcídio. Avec cette opération, les plus grandes entreprises de construction du pays sont devenues maîtresses de la construction sans ?tre soumises aux règles imposées par les appels d'offres conventionnelles. L'ex-leader du gouvernement au Sénat a affirmé aux procureurs de la Lava Jato que lors des campagnes électorales les valeurs des pots de vins augmentaient et que pour cela, les entreprises avaient recours à des "claims", un instrument utilisé pour recalculer les valeurs des contrats.  
 

Un autre délateur, Flávio Barra da Andrade Gutierrez, a confirmé les pots de vins de Belo Monte.


 

"Les accords relatifs aux claims étaient l'une des conditions exigées pour augmenter la contribution électorale des entreprises", explique Delcídio. Le sénateur a en outre mis en évidence l'existence de diverses illégalités en ce qui concerne la fourniture d'équipements pour l'usine de Belo Monte. Selon lui, il y a eu une importante dispute entre des fournisseurs chinois, soutenus par José carlos Bumlai (éleveur de bétail et ami de l'ex-président Lula), et des fabricants traditionnels parmi lesquels Alstom, Siemens, IMPSA et IESA. "Le triumvirat a agi rapidement en définissant les traditionnels comme fournisseurs, tout cela pour obtenir une contrepartie révélée par leurs contributions dans les campagnes électorales" a dénoncé Delcídio.
 
Erenice Guerra et Palocci ont eu un rôle fondamental dans ce montage explique Delcídio. Du côté des entreprises, selon Delcídio, le principal négociateur de Belo Monte fut l'entrepreneur en construction civile Flávio Barra, de la Andrade Gutierrez. La semaine dernière, Istoé a constaté que Flávio Barra avait déjà témoigné en tant que délateur primé et avait mentionné les pots de vin de Belo Monte. Le nom de l'ex-gouverneur du Pernambouc, Eduardo Campos, a été rapidement cité par Delcídio aux procureurs. Il a affirmé que le gouverneur avait exercé une influence directe en faveur de la IMPSA, mais ne lui a attribué aucune pratique criminelle.

Toujours sur l'argent irrégulier dans la campagne électorale de 2014, dans l'annexe 9 de la délation, également obtenues en exclusivité par Istoé le mercredi 9, l'ex-leader du gouvernement au sénat affirme que l'actuel ministre de Communication Sociale, Edinho Silva, trésorier de la campagne électorale de la présidente Dilma en 2014, avait travaillé à "réchauffer" les ressources issues de l'industrie pharmaceutique en utilisant la comptabilité des campagnes électorales des gouverneurs et en créant de fausses prestations de service. Delcídio a affirmé qu'en 2014, alors qu'il disputait le poste de gouverneur du Mato Grosso do Sul, il avait été contacté par Edinho "pour payer un million du solde de sa campagne, dont 500 mille à FSB Comunicação, et 500 mille à Zilmar Fernandes, par l'intermédiaire d'un laboratoire pharmaceutique nommé EMS", a révélé le sénateur.
 
Zilmar Fernandes a été associée au publicitaire Duda Mendonça et a déjà été impliquée dans le scandale du Mensalão. Le laboratoire EMS est l'objet d'une enquête dans le cadre de la Lava Jato pour avoir maintenu un partenariat avec Alberto Youssef. Les enquêteurs ont également mis à jour le paiement d'une supposée consultation de 8 millions de reais (environ 2 millions €) que le laboratoire aurait demandé à l'ex-ministre José Dirceu. Delcídio a dit que les factures avaient été émises contre l’avis du laboratoire mais que les paiement n'ont jamais été réalisés. "Les impôts sur les transactions financières pour EMS ont été effectivement payés par la FSB et par Zilmar" a affirmé le sénateur.
 
Finalement, il a dit croire que la même situation peut avoir eu lieu avec d'autres candidats au poste de gouverneur. En terminant sa délation, il a mis en évidence que des laboratoires et des assurances de santé privées, en échange de postes à l'ANS (Agence Nationale de Santé) et à l'Anvisa (Agence Nationale de Vigilance Sanitaire), ont attiré l'intérêt de politiciens en ce qui concerne les manières d'obtenir des ressources. Les procureurs de la Lava Jato sont déjà sur cette piste. 
 
-----
Erenice dirigeait le trio des pots de vins de vin de Belo Monte

 

"Delcídio était au courant que en 2010 serait fait l'appel d'offre de Belo Monte. Cependant, 3 jours avant l'accord, le consortium constitué par les plus grandes entreprises d'ingénierie du pays s’est désisté de sa participation. En quelques heures un nouveau groupe d'entreprises s'est constitué autour de la CHESF et de Eletronorte. Parmi elles, Queiroz Galvão, Galvão Engenharia, Contern (sous l'influence de José Carlos Bumlai), JMalucelli, Gaia Energia, Cetenco, Mendes Jr. Trading Engenharia et Serveng-Civilsan.

Bien que beaucoup moins robuste, le consortium en question a gagné l'appel d'offre, étant la seule proposition en lice. Quelques mois plus tard, plusieurs entreprises qui s'étaient retirées sont devenues associées du projet et ont contracté comme prestataires de service les compagnies du consortium qui avait gagné l'appel d'offre. En peu de temps, le contrôle de la principale usine hydro-électrique en construction du monde a changé de mains et les entreprises du consortium gagnant sont passées à un rôle secondaire. Les pots de vin de Belo Monte ont servi comme contribution décisive aux campagnes électorales de 2010 et 2014. Le principal agent négociateur du consortium de Belo Monte fut Flávio Barra de l'entreprise Andrade Gutierrez."



 

 

Triumvirat : Palocci Palocci, Erenice Guerra et Silas Rondeau (de gauche à droite) : 45 millions de reais pour la campagne électorale




 



Le trésorier Edinho et les fausses factures

L'ex-leader du gouvernement au sénat dit qu'en 2014, lorsqu'il était candidat au poste de gouverneur de l'état du Mato Grosso do Sul, il a été contacté par Edinho Silva, alors trésorier de la campagne de Dilma et actuel ministre de la Communication Sociale. Selon Delcídio, Edinho lui aurait proposé une maniére de solder 1 million de la dette de campagne en utilisant l'ex-associée de Duda Mendonça, Zilmar Fernandes, et la FSB Comunicações, qui recevraient l'argent du laboratoire EMS. Le délateur a aussi affirmé que les laboratoires et les assureurs privés  de santé intéressent les politiciens qui recherchent des fonds.



... Delcídio sait que les impôts des transactions financières avec EMS ont été effectivement payés par la FSB et par Zilmar, ce qui peut être vérifié par la levée du secret fiscal. Delcídio croit que cette même situation s'est reproduite avec d'autres candidats qui ont pu utiliser des laboratoires pharmaceutiques pour les mêmes fins illégales. Delcídio sait que les questions impliquant des laboratoires pharmaceutiques et des assureurs privé de santé pour le transfert de pots de vin ont attiré l'attention de politiciens pour l'indication de poste dans la direction de l'ANS et de l'Anvisa, à l'exemple de ce qui se produisait à la Petrobras."

Autre son de cloche

"La FSB Comunicações clarifie qu'elle n'a jamais reçu de ressources de la EMS S.A., une entreprise qui n'a jamais été ‌cliente de l'agence. Elle informe également qu'elle poursuit en justice le Directoire Régional du Mato Grosso do Sul du Parti des Travailleurs (PT) - procès nº 08063942120168120001 - afin de percevoir la valeurs dûes relatives à des prestations de service lors de la campagne de 2014."
© ISTOE - article original / traduit du portugais par Stephan Bry

 

 

 
 
 
Crédits des photos de cet article : Marcelo Camargo/Agência Brasil; Junior Pinheiro/Photo Press/Folhapress; Andre Dusek/AE
source : http://www.istoe.com.br/reportagens/448524_O+ESQUEMA+ERENICE
traduit du portugais par Chico Libri

Date de l'article : 05/04/2016

Retour